Sur Hahebo

Selecteer uw Subcategorie

Historique d'Hahebo

Premiers balbutiements

Hahebo BV a été fondée en 1982 par Pierre Hermans et Philip van Haeren. Ces deux hommes se sont rencontrés dans les années 1970, dans le pensionnat de Venray tenu par des pères, mais ils se sont perdus de vue par la suite. Lors de leurs retrouvailles des années plus tard, ils se sont rendu compte qu'ils avaient énormément de points communs – qu'il s'agisse de leurs centres d'intérêt ou de leurs antécédents.

Tous deux étaient en effet issus de familles d'entrepreneurs et nourrissaient depuis leur plus jeune âge un vif intérêt pour l'achat et la vente de marchandises. Pendant ses jeunes années, Philip van Haeren s'est rendu dans les ventes aux enchères qui étaient organisées aux quatre coins du pays et est plus tard devenu commissaire-priseur agréé.

 Pierre Hermans a d'abord travaillé dans une banque où il s'est initié au monde des finances. Lors de leurs retrouvailles dans les années 1980, ils ambitionnaient déjà, chacun de leur côté, de monter une société de commerce. Par le plus grand des hasards, ils possédaient tous les deux des contacts en Allemagne du Nord et ont décidé de s'y rendre ensemble. C'est pendant le voyage du retour qu'ils jetèrent les premières bases devant donner naissance à leur propre société.

Fondation d'Hahebo

C'est dans une ancienne minoterie située dans le village de Vortum-Mullem qu'ils ont commencé, en novembre 1981, un commerce de gros en pièces détachées pour voitures, notamment des batteries, des pare-brise et vitres et des balais d'essuie-glaces. Le 5 mars 1982, ils fondèrent ensemble leur première société à responsabilité limitée officielle (BV), sous le nom Hahebo. La vente de pièces détachées pour voitures n'ayant pas connu le succès escompté, Hahebo s'est lancée, peu de temps après sa fondation, dans le commerce de « marchandises non réglementées et lots de marchandises usagés. Les tout premiers lots vendus par la société ont été un lot important de lampes et un lot de vélos usagés.

Philip van Haeren : « Pendant la phase initiale, le réseau et les relations d'affaires que nous possédions ont été d'une importance cruciale. Le fait que Pierre ait travaillé dans une banque s'est avéré être un atout de poids. Il savait où les faillites avaient été prononcées, ce qui pour nous a été source d'énormément de travail.

Pierre Hermans : « Nos familles et amis ont également joué un rôle clé dans le succès de notre société. Ils étaient continuellement à nos côtés, toujours prêts à nous aider. Nos familles se caractérisent par une vraie mentalité de pionniers et possèdent – aussi bien la mienne que celle de Philip – plusieurs sociétés, notamment dans le commerce de la viande et du bétail. L'esprit d'entreprise est donc une notion qui nous a été inculquée depuis notre plus tendre enfance.

Commerces divers

Pendant les années 1980, l'économie a été à son niveau le plus bas. Bon nombre de sociétés ont fait faillite, ce qui a généré énormément de travail pour Hahebo. La société faisait des affaires avec des banques, des liquidateurs, des sociétés de leasing et d'affacturage et avait la réputation d'être un partenaire fiable, actif dans les secteurs les plus divers.

Hahebo a alors choisi de se spécialiser dans le commerce de lots de marchandises. La concurrence était grande sur ce marché, mais Hahebo a su se démarquer par son attitude flexible et ses prix intéressants. Hahebo ne refusait en fait jamais une proposition de commerce. Hermans : « Nous faisions le commerce de tout ce qui était susceptible d'être acheté ou vendu : qu'il s'agisse de remorques pleines de crème glacée ou de viande ou d'un dauphin en gestation – qui, pour la petite anecdote, a en fin de compte été recueilli par un delphinarium. Parmi les autres ventes assurées par notre société, citons un atelier de construction mécanique où 300 employés s'attelaient à la production d'échangeurs de chaleur, un énorme chantier naval avec ses grues gigantesques, divers magasins de meubles, une installation d'éclairage et de sonorisation avancée provenant d'un projet de boîte de nuit qui avait fait fiasco, sans oublier un bateau atelier. Nous avons même accepté de nous charger de l'achat, du démantèlement et de la vente dans le monde entier de toutes les machines de l'un des plus grands abattoirs de volaille des Pays-Bas, la société Friki autrefois établie à Boxmeer et employant quelque 900 personnes. La seule proposition que nous ayons jamais refusée est un Boeing 737. Même pour une société telle que la nôtre, les possibilités de vente d'un produit aussi spécifique que celui-là étaient trop limitées.

Croissance explosive

Peu de temps après la fondation de la société, les premiers employés y ont fait leur entrée. Il s'agissait principalement de fils de paysan originaires des environs, qui arrondissaient leurs fins de mois en faisant de petits boulots pour Hahebo. A partir de 1985, la société a connu une croissance énorme et du personnel a commencé à être engagé de manière plus structurelle. C'est cette même année que la première employée administrative a été embauchée. Pour l'entreposage de toutes les marchandises, beaucoup d'espace était nécessaire. Cela faisait belle lurette que les bureaux de Vortum-Mullem, le lieu d'implantation de l'époque avec ses 500 m² de superficie, ne suffisaient plus à tout héberger. Et Hahebo avait déjà loué tous les entrepôts, étables et écuries disponibles dans les environs.

En 1987, Hahebo a la possibilité d'acheter une parcelle de 6000 m² à Beugen/Boxmeer, dans une rue portant le nom de Transportcentrum. C'est là que Philip van Haeren et Pierre Hermans ont assuré en gestion propre la construction d'un bâtiment d'exploitation de 3300 m². Ils pouvaient désormais proposer tous leurs services sous le même toit. Van Haeren : « Nous avons construit ce bâtiment de nos propres mains, des fondations et de la charpente en acier aux différents chambranles et encadrements. Nous nous sommes d'ailleurs servis à cet effet des machines et des matériaux d'une entreprise de bâtiment qui venait de faire faillite. Plus d'un tiers du bâtiment a été directement utilisé pour les activités de la société. Le reste a été loué pendant les premières années.

Aménagement immobilier

La croissance d'Hahebo s'est poursuivie de manière continue au cours des années 1990. La société ne cessait de gagner en notoriété. Outre les biens mobiliers des sociétés en faillite, elle avait de plus en plus souvent la possibilité d'acheter également les bâtiments d'exploitation de ces sociétés. A partir de ce moment, Hahebo a commencé à investir dans l'immobilier. Des terrains et immeubles d'exploitation étaient achetés, afin d'être transformés et réaménagés. Le tout premier projet de ce genre remonte au mois de juillet 1992, lorsque la famille Centen a choisi délibérément de fermer son magasin de fromages et produits laitiers. Outre le mobilier de magasin et les systèmes de stockage, Hahebo a également acheté ce magasin caractéristique, situé à Boxmeer, et l'a transformé rigoureusement. Et avec succès !

Parmi les autres projets réalisés, citons également cet ancien studio de fitness et ce magasin audio dans le centre de Boxmeer, qui avaient été complètement détruits lors d'un incendie. Pierre Hermans et Philip van Haeren se sont rendus, en bons voisins, dans l'hôtel situé juste à côté et ont fini par reprendre cette entreprise familiale. Cette action prouve qu'Hahebo fait preuve de dynamisme, d'audace et de vision.

Professionnalisation

Vers la fin des années 1990, la société avait atteint une telle envergure qu'une professionnalisation était devenue indispensable. Automatisation et informatisation ont fait l'objet d'investissements importants et l'accent au sein de la société a été mis à un autre niveau. Le commerce restait l'activité n° 1, mais les nouveaux mots d'ordre étaient efficacité, réduction des coûts et rotation des stocks. L'esprit commerçant a – bien sûr – été préservé ; n'oublions pas que c'est le moteur derrière cette société. Tous les biens et marchandises ont été dotés de codes-barres. Il était désormais possible de savoir directement quels biens et articles étaient détenus par la société, même lorsqu'ils étaient stockés au fin fond des entrepôts. L'organisation a, elle aussi, été adaptée et les tâches ont été redistribuées.

Sur Internet, Hahebo fait également montre d'un professionnalisme croissant, avec la venue de plusieurs sites Internet.

Mobilier de bureau et systèmes de stockage

Toute société achetée possédant inévitablement des bureaux, fauteuils de bureau, ordinateurs, rayonnages, etc., Hahebo dispose en permanence d'un vaste assortiment de mobilier de bureau et de systèmes de stockage usagés. C'est à ce secteur spécifique qu'Hahebo doit la grande notoriété qu'elle a acquise dans la région. Afin de pouvoir répondre aux attentes de tous ses clients, relations et connaissances, Hahebo propose également, depuis 2005, du mobilier de bureau et des systèmes de stockage neufs.  

Reprise d'entreprise

 En Janvier 1 2010 Hahebo a été repris par Stephan Korderijnk, anciennement le directeur général au sein de l'entreprise. Il, en collaboration avec Karin Wouters et Bart Rijckaert, sont l'équipe de gestion. Karen joue le rôle de gestionnaire des ressources humaines et Bart s'occupe de l'administration financière. Philippe van Haeren et Pierre Hermans rester connecté à Hahebo, respectivement en tant que conseiller et l'acheteur principal. Les deux sont également engagés dans des projets immobiliers.

Actuellement, l'entreprise compte 120 employés. Outre la gestion, l'administration et de la commercialisation, la société est divisé en l'achat, le bureau de vente et d'entreposage, les stocks marchandises, la logistique et sur le terrain le personnel des ventes.

Loading...